Adour-presse.com est en deuil

Écrit par Fabrice Borowczyk le . Publié dans Non catégorisé

sticker ruban noir deuil

Francis est partie 

 La "maman", créatrice du site adour-presse.com nous a quitté. Oui la "maman", car Francis était d'origine néerlandaise, et au Pays-Bas, Francis est un prénom féminin. Lorsqu'un ami commun, m'a fait rencontré Francis à l'automne 2012, et que je lui ai présenté le projet, porté par Adour Presse Communication, de créer un site d'information dédié, dans un premier temps, à l'actualité des petits clubs, ceux qui n'avaient pas la place dans la presse traditionnelle, elle a de suite était emballée, et m'a immédiatement encouragé à mener à bien ce projet malgré les différentes embûches à affronter. Aussitôt, elle s'est mise au travail. Et peu avant Noël 2012, elle nous a offert à tous ce merveilleux cadeau dont nous continuons encore aujourd'hui à profiter. Chaque fois que je la rencontrais ou que je l'avais au téléphone, elle me disait toute sa joie de voir qu'adour-presse.com continuait de fonctionner et même de grandir : "tu sais, c'est très rare les sites qui, comme le tien, continuent d'exister et progressent même avec le temps... Tu es le seul de tous ceux que j'ai créé qui continue d'exister et de se développer. Bravo à toi, tu as créé un très bel outil et tu le fais bien grandir, je suis fière de toi" : telles étaient ses paroles. De mon côté, je ne cessais de lui dire : "ce n'est pas mon site, Francis, c'est le nôtre, tu y as toute ta part".... Idiot que j'étais, personnellement, je ne me suis simplement contenté que d'avoir l'idée, la créatrice, celle qui a fait qu'une idée devienne réalité, c'est elle.... Aujourd'hui, je rectifie donc la réponse qu'il convient de lui apporter : "ce n'est pas mon site, Francis, c'est le tien, et ça le restera toujours". Peu de personnes ont crû en mon projet à l'automne 2012, très peu de personnes ont accepté de me suivre, un seul en fait : Pierre Boyer, ce que je n'oublierai jamais non plus. Quand adour-presse.com est né, fruit du travail de Francis, un club, le Zibéro Tardets, par le biais de Mathieu Tauzin, y a crû....tout ça non plus je ne l'oublie pas.... Puis d'autres ont suivi, ont rejoint notre grande famille, qui aujourd'hui est orpheline de sa mère-fondatrice..... Francis, de là-haut, continue de veiller sur ton "œuvre"... nous, ici bas, nous allons continuer, tous ensemble à la faire grandir, en ta mémoire.... Pour que tu restes, toujours avec nous.... Merci pour tout Francis, tu as bien travaillé.... repose en paix.