Fédérale 1 – 7e Journée – Cette fois-ci c’est grave pour Oloron

Écrit par Fabrice Borowczyk le . Publié dans Comptes Rendus

IMG 0168Oloron   : 26
Tyrosse : 29

 

 

 

 Mi-Temps : 20-20. Lieu : Oloron (Stade St Pée). Public : 500. Arbitre : M. Coulon  (Occitanie).

Pour Oloron :

2 Essais Clouté (5e), De pénalité (40e+7), 1 Transformation (5e) et 4 Pénalités (26e, 38e, 46e, 54e) : Clouté.

Carton jaune : Lacave (23e)

 

Pour Tyrosse :

2 Essais Hontebeyrie (28e), Hourcade (33e), 2 Transformations Dubert, et 5 pénalités : Dubert (23e, 40e) et Descazaux (64e, 68e, 77e).

Carton jaune : Hontebeyrie (37e).

 

F.C. Oloron :

Clouté ; Deguilhem, Chantereau, C. Arroyo, A. Arroyo (Boucau 57e) ; (o) Dany (Claverie-Rospide 55e), (m) Alçacebe (Paillot 62e) ; Crampé (T. Constant 75e), Chabat, Lacave ; Sestiaa ©, Beaumelou (P. Constant 65e) ; De Clercq (El Khamissy 75e), Amans  (Aléo 39e), Moncade (Landeau 65e).

 

U.S. Tyrosse :

Sarthou ; Villetorte, Descazaux ©, Dhuin, Chasseur ; (o) Hourcade (Barbe 59e), (m) Dubert (Durquet 65e) ; Lafitte (Lemes Vieira 55e), Lesbats, Montois ; Fabre (Samson 55e), Khan (Vervoort 55e) ; Lagain (Auzqui 41e), Brissot (Azpiroz 72e), Hontebeyrie.

Cette fois l’heure est grave au FCO. Samedi, dans un stade de St Pée, qui finit par céder au fatalisme, les Oloronais ont concédé leur quatrième défaite consécutive, et, on le souhaite leur seconde d’affilée à St Pée, car on espère qu’il n’y aura pas de troisième. Pourtant les premières minutes de la rencontre face à Tyrosse ne laissaient pas franchement présagée d’un tel résultat. D’un côté, le FCO occupait avec force et détermination le camp landais et dominait largement les débats. De l’autre, on voyait une équipe de Tyrosse, visiblement dans le doute, témoins ces passes adressées directement en touche et quelques manqués dits immanquables. Pourtant, alors que tout se passait parfaitement bien pour le FCO (10-0, 26e), Tyrosse se mit à mettre le nez à la fenêtre, et bien lui en a pris. Puisque pour remettre son adversaire en confiance, le FCO actuel est passé maître. Par deux fois, la défense béarnaise se fait transpercer dans l’axe. Sans conséquence, mais la troisième sera la bonne, et Hontebeyrie ramène d’un coup d’un seul Tyrosse dans le match (10-7, 28e). Les Landais sont revenus dans le match, ils ne vont plus en sortir. Les Oloronais vont payer cher leur infériorité numérique, avec le carton jaune écopé par Benoît Lacave, puisque durant l’exclusion du 3e ligne local, ils vont inscrire deux essais. Oui, scénario qui paraissait incroyable dix minutes plus tôt, en pleine démonstration bleue et blanche, les Tyrossais vont en effet aller à dame à 2 reprises. On a parlé des doutes tyrossais en début de match, mais que dire des doutes oloronais ? .

IMG 0168

« Les Oloronais ont mis du coeur à l'ouvrage, mais cela n'a pas suffit pour éviter un quatrième revers consécutif »

Photo archives : Jean-Jacques Létoile.

 
Un manque cruel de percussion
Témoin, cette défense qui, systématiquement joue arrêtée en attendant son adversaire lancé ! Et ça, c’est dans le meilleur des cas, car parfois, c’est même en reculant qu’Oloron défend ! Face à des adversaires lancés, il ne peut y avoir que sanction. Au mieux, on se met à la faute, et on ne concède que des pénalités. Le problème c’est que lorsqu’en face il y a des garçons comme Dubert ou Descazaux, ça ne pardonne pas davantage. Et c’est ainsi qu’à l’approche de la pause, c’est Tyrosse qui fait la course en tête (13-20, 40e). Mais à son tour c’est Tyrosse qui se retrouve à 14, suite au carton jaune de Hontebeyrie et Oloron en profite pour reprendre une marche en avant forcenée. Avec beaucoup de métier, l’UST joue avec le chrono pour faire purger les dix minutes de suspension de son pilier dans les..trois dernières minutes de la première période. Tyrosse y parvient, mais en commettant beaucoup de fautes, notamment sur mêlée. Monsieur Coulon prend ses responsabilités et arrête cette manigance en accordant un essai de pénalité qui relance tout le match à la pause (20-20). En seconde période, Oloron va tenter, mais toujours maladroitement et surtout sans véritable percussion, ou si peu. Les petits tas s’accumulent mais loin des perches visiteuses. Et lorsque le FCO entre dans les 25 derniers mètres visiteurs, il multiplie les phases de jeu….latérales. Durant 7 minutes, le FCO joue dans les 30 derniers mètres landais, mais sans aucune verticalité. On sent le doute dans cette équipe. La peur de mal faire…et à l’arrivée…on fait mal. Tyrosse a depuis longtemps chassé les doutes de son esprit. Témoin cette ultime tentative de pénalité de Descazaux de 54 mètres qui offre la victoire aux siens. Cette équipe du FCO est malade et le prochain déplacement qui l’attend à Tarbes, n’a pas vraiment l’aspect d’un remède.

Fabrice Borowczyk

Ils ont dit :

Philippe Ebel (entraîneur FCO) : « On a manqué d’intelligence tactique dans ce match. Il fallait éviter de se mettre à la faute, y compris de loin. On savait que même au-delà de 50 mètres, les coups de pied ne faisaient pas peur à Dubert et Descazaux, on en a eu la preuve. On a subi, nos joueurs ont mis du cœur, c’est incontestable, mais ça ne suffit pas. En plus de ça, on a la fatalité contre nous. Nous étions déjà en difficulté au poste de talonneur, et aujourd’hui suite à un coup, on perd notre unique talonneur à la 40e et on joue toute la seconde période sans talon véritable. On a des occasions, mais on manque cruellement de densité et de perforateurs, mais, hélas, il va falloir s’habituer car ce sera pareil tous les dimanches. Si on était un peu dupe, ou un peu rêveur, la réalité est là : il va falloir désormais se battre avec Nafarroa, Valence d’Agen, pour ne pas mourir ».

Guillaume Descazaux (capitaine Tyrosse) : « Cette victoire à Oloron nous fait beaucoup de bien au moral après notre début de saison compliqué, et notamment notre défaite à domicile face à St Jean-de-Luz qui nous a fait du mal au moral et la bouillie de rugby qu’on a délivré à Nafarroa.  C’est la récompense de notre travail dans la semaine, ça prouve qu’on bosse dans le bon sens. Aujourd’hui c’est un vrai sentiment de fierté car depuis quelques années on prend des piquettes à Oloron ».

Ci-après les images de la victoire du FCO :